La préparation militaire par l’école et le sport

 

Les autorités, suite à la défaite de 1870, décident de régénérer la jeunesse du pays à travers plusieurs instruments : l’école, rendue gratuite et obligatoire, puis l’émergence des associations sportives.

L’enseignement

L’enseignement inculque aux nouvelles générations un patriotisme de bon aloi et les prépare à un éventuel conflit, tant du point de vue physique que moral. La loi du 28 mars 1882 inscrit la gymnastique et les exercices militaires parmi les matières d’enseignement des écoles primaires publiques de garçons. D’autre part, l’existence des « bataillons scolaires » qui s’étaient constitués au niveau local est reconnue officiellement par un décret :

« Tout établissement public d’instruction primaire ou secondaire ou toute réunion d’écoles publiques comptant de deux cents à six cents élèves, âgés de douze ans et au-dessus pourra, sous le nom de bataillon scolaire, rassembler ses élèves pour les exercices militaires pendant toute la durée de leur séjour dans les établissements d’instruction…

Le bataillon scolaire ne pourra être armé que de fusils conformes à un modèle adopté par le Ministre de la Guerre… Ces fusils, devront présenter les trois conditions suivantes : n’être pas trop lourds pour l’âge des enfants ; comporter tout le mécanisme du fusil de guerre actuel ; n’être pas susceptibles de faire feu, même à courte portée. Les fusils seront déposés à l’école…

Pour les exercices du tir à la cible, les élèves des bataillons scolaires âgés de 14 ans au moins et que l’instructeur en chef aura désignés comme apte à y prendre part, seront conduits au stand ou au champ click here de tir et y seront exercés avec le fusil scolaire spécial… »

Un arrêté précise que les exercices de bataillon ne pourront avoir lieu que le jeudi et le dimanche. Les élèves portent l’uniforme, apprennent la marche en défilé, le maniement du fusil et les chants patriotiques. Les armes sont des carabines inertes en bois ou des fusils tirant des cartouches de tir réduit.

Le musée municipal conserve ainsi dans ses greniers un de ces fusils factices en bois, vestiges de ces « bataillons scolaires » qui disparaissent dès 1892 (lui succéderont néanmoins des épreuves de « tir scolaire » intégrées aux exercices militaires, et la pratique du tir dans des associations). Il est de marque « Combier Valence ».

Les associations sportives

A Parthenay, des associations sportives se constituent. En 1887, Edmond Lamy, officier retiré et fabriquant de corsets à Parthenay, se propose ainsi de créer une Société de gymnastique baptisée de manière significative « La Revanche ».

 

 

 

 

 

 



 

Association plus durable, le Sport Athlétique Parthenaisien comprend avant la guerre une section de gymnastique animée par un « sergent moniteur du 114e de ligne » comme nous l’apprend la demande d’aide suivante adressée au conseil municipal en octobre 1909.