La caserne Allard et la conscription

En 1914, la durée du service militaire venait de repasser à trois ans. Parthenay accueille un des bataillons du 114e Régiment d’Infanterie (RI) : les conscrits reçoivent leur instruction dans une caserne, aujourd’hui disparue, qui occupait une zone qui va actuellement du foyer-logement Les Bergeronnettes au lycée. Cette caserne avait pris en 1887 le nom de caserne Allard, en souvenir du général Nelzir Allard, originaire de Parthenay.

Parthenay perd ses militaires en 1920. Deux pelotons de gendarmes mobiles occupent à leur place la caserne, tandis que les baraquements vont avoir divers usages (logements, gymnase, cantine, …). L’ensemble est progressivement détruit et le dernier baraquement est rasé en 1997.

Remerciements pour les renseignements fournis par M. Albéric VERDON