JOLY Léon

Léon JOLY, caporal, est originaire de Largeasse. Fils d’un propriétaire de minoterie, c’est le neveu du maire de Parthenay, Frédéric Joly. Il est marié, avec un enfant en bas-âge. Après avoir été sursitaire en tant que meunier, il est mobilisé à la fin de l’année 1914 dans un bataillon de chasseurs à pied formé à Fontenay-le-Comte. Parti pour le front en février 1915, il est fait prisonnier en Argonne en juin.

Ecrit lors de son séjour au camp de prisonniers de Darmstadt, son carnet de notes manuscrites nous informe sur la vie des click here prisonniers en Allemagne. Alors que les poilus qui ont combattu sur le front ont été considéré comme des héros, les prisonniers ont été souvent oubliés.

Léon Joly raconte ainsi les activités culturelles ou sportives pratiquées au camp puis le travail en usine et aux champs autour de Darmstadt. Le plus intéressant est la vision qu’il donne parfois de l’Allemagne et des Allemands, pays et peuple riche et organisé, aux pratiques différentes par exemple au niveau religieux.

Carnet photos du camp de prisonniers de Léon JOLY

Il s’agit sans doute d’un document de propagande pour montrer le sort favorable réservé aux prisonniers de guerre en Allemagne.